fbpx
Blogue

Sport, nostalgie et quarantaine

Par Chrystelle St-Pierre

Depuis quelques temps, une vague de nostalgie prend d’assaut les réseaux sociaux. Photos d’anciennes compétitions, de voyages sportifs ou de club d’entraînement se multiplient en plus des messages empreints de remise en question et de découragement. Il est vrai que la quarantaine représente tout un défi pour les sportifs. Entraînement, compétition, voyage: les objectifs à court et moyen terme sont chamboulés en raison des multiples annulations ou reports à des dates incertaines. Pour plusieurs, ce sont des mois d’entraînement qui perdent tout leur sens.

Le déséquilibre

La situation que l’on vit actuellement est peu commune. Notre capacité d’adaptation est mise au défi par un nouvel élément perturbateur, ce qui entraîne un déséquilibre que cherchent à compenser nos mécanismes de défense. Le sportif se retrouve donc à risque de certaines réactions plus ou moins négatives dont: 1) perdre sa motivation et même cesser de s’entraîner, 2) s’ancrer dans la nostalgie et les pensées négatives ou 3) se surentraîner par peur de perdre ses acquis. Le surentraînement et l’épuisement sportif feront l’objet de mon prochain article de blogue, nous nous concentrerons donc sur les deux autres points dans le présent article.

La nostalgie et le moment présent

La nostalgie momentanée est bien agréable. Elle permet de se remémorer des souvenirs heureux et de belles réussites, mais à long terme elle peut avoir des effets négatifs sur la santé mentale de l’athlète ainsi que sur son bien-être global. L’athlète peut alors perdre le sens de ce qu’il fait ainsi que sa motivation à s’entraîner. Il est également possible qu’il développe de plus en plus d’émotions négatives. En fait, plus l’on pense, moins l’on est dans l’instant présent. Moins l’on est dans l’instant présent, moins l’on pose des actions quotidiennes concrètes pour atteindre nos objectifs et retrouver notre équilibre.  

Redéfinir ses objectifs

L’une des premières étapes qui mènent à un retour à l’équilibre est de redéfinir ses objectifs. Pour les sportifs, cette étape est incontournable vu les circonstances. Considérant que l’objectif d’entraînement final est reporté ou altéré, il importe de tourner son regard sur l’instant présent, c’est-à-dire sur ses propres forces techniques, tactiques, mentales et physiques. Cibler ces dernières permet de regagner en confiance et redéfinir ses repères dans un moment où l’estime de soi est potentiellement précaire. Pour chaque type de force, des défis peuvent être mis en place afin de servir de base à l’entraînement. Parmi tous les défis déterminés, il importe ensuite de mettre en lumière ceux pouvant être travaillés dans le contexte actuel et ceux qui seront mis de l’avant après la quarantaine.

Une fois que les défis que l’on souhaite relever pendant la quarantaine sont identifiés, il faut définir le premier pas à franchir afin de s’améliorer. Il s’agit d’un objectif clairement identifié auquel doivent être associés des moyens permettant une amélioration progressive. L’entraîneur, le préparateur physique et le préparateur mental peuvent être d’une grande aide pour cette étape.

Exemple de l’exercice «premier pas»:

Sphère

Défi

Pas

Moyens

Révision

Physique

Augmenter ma puissance de saut

Faire un entraînement de jambe 3x par semaine

2 séries de 12 répétitions de squat (avec ou sans poids)

2 séries de 12 répétitions de fente (avec ou sans poids) …

Dans deux semaines

Mentale

Me distancer de mes pensées parasites

Intégrer la pleine conscience dans ma routine d’entraînement

Faire 5 à 10 minutes de méditation guidée en début d’entraînement

Dans deux semaines

Le suivi régulier de ces défis est nécessaire afin de les modifier dans le but de continuer sa progression ou d’ajuster la cible au besoin.

S’ancrer dans l’instant présent

Demeurer dans la nostalgie entraîne un flot de pensées qui influence comment nous nous sentons au quotidien. À court terme, cela a peu d’impact, mais à moyen et long terme, la nostalgie peut se changer en anxiété, en peine ou en colère profonde. La pleine conscience est notre meilleur allié afin de se distancer de ces pensées qui nous envahissent par moment. Le fait de s’ancrer dans l’instant présent par la respiration, les sens, une méditation guidée ou un yoga crée une distance avec nos pensées, les rend plus claires et nous empêche d’être constamment envahis par celles-ci. Une capsule d’introduction à la pleine conscience a été publiée dernièrement pour plus d’information. Il est également possible de trouver, sur ma chaîne YouTube, des cours de yoga et des méditations guidées pour vous accompagner dans cette étape.

La routine et l’équilibre

Il importe également de se créer un nouvel horaire et de nouvelles routines. Pour y arriver, il faut avant tout identifier les sphères de notre vie auxquelles nous désirons ou devons accorder de l’importance actuellement: socialisation, apprentissage, détente, entraînement, travail ou autre sphère de votre choix. Lorsque ces sphères sont définies, l’exercice «premier pas» est également très utile! Assurez-vous de cibler un élément par jour vous rapprochant d’un meilleur équilibre dans chacune des sphères de vie. Soyez créatif! Initiez des rencontres Facetime de groupe pour jouer à un jeu de société ou encore pour réaliser des travaux scolaires si vous êtes à l’école. Appelez vos proches, méditez et prenez le temps de faire ce projet que vous reportiez toujours à regret. Notez ces objectifs sur papier ou dans votre calendrier électronique. Définissez des moments clairs pour chacune des sphères dans votre horaire quotidien et n’hésitez pas à vous récompenser.

La compassion et le non-jugement

Finalement, soyez indulgent envers vous-même et permettez-vous une certaine souplesse dans tout cela. Ce que l’on vit est peu commun et vous fera inévitablement passer par des montagnes russes d’émotions et d’humeurs et c’est PARFAIT. Donnez-vous ce droit et adaptez votre quotidien au besoin pour mettre de l’avant des éléments qui vous font du bien et vous permettent de prendre soin de vous. Gardez en tête que les émotions sont correctes et normales et qu’elles sont de passage. Prenez le temps de les ressentir, de respirer et de vous repositionner afin de retrouver votre équilibre, tout simplement.

N’hésitez pas à m’écrire vos outils et vos trouvailles créatives (vous pouvez le faire sur ma page Facebook) afin de retrouver et maintenir votre équilibre. Parce que la communauté va bien au-delà des murs de l’isolement.


Texte: Chrystelle St-Pierre
Révision: Vanessa Berger