Nouvelles

3 arguments bétons pour convaincre tes chums de grimper

Par Eve Desroches-Maheux

L’escalade, ça met en forme!

Saviez-vous que l’escalade vous fait brûler plus de calories que la plupart des sports et entrainements en salle? Pour 30 minutes d’activité, un grimpeur d’environ 150 livres brûlera 409 calories, alors qu’un coureur de cross-country du même poids en brûlera 335!

Doit-on également mentionner que l’escalade constitue un excellent entrainement pour les bras, les épaules et le dos? Après tout, ce sont eux qui nous permettent de défier les lois de la gravité! Il ne faut cependant pas croire que le bas du corps est négligé pour autant. En effet, dès que le grimpeur acquiert de la technique et un meilleur jeu de pieds, les jambes et les muscles posturaux se mettent de la partie, faisant ainsi apparaître des mollets, des cuisses et des fesses plus définies et plus fermes. Quoi demander de plus?

Grimper pour gérer son stress

Sans contredit, l’activité physique permet de diminuer le stress de la vie quotidienne par la libération d’endorphines. Ces hormones émises lors d’un effort physique ont des effets bénéfiques qui peuvent réduire le stress, l’anxiété et même la dépression.

Les bienfaits de l’escalade ne se limitent pas aux réactions biochimiques de notre corps. L’escalade comporte aussi un aspect mental qui se rapproche de la méditation. Quand on pratique l’escalade, on atteint souvent un état d’esprit où notre attention est centrée sur chaque positionnement de pied, sur la force que l’on applique dans nos bras et sur la séquence de mouvements à venir.  Parfois, la concentration s'élève même à un point où tout, sauf les prises, disparaît autour de nous.

N’importe quel grimpeur vous le dira, l’escalade nous permet de vivre le moment présent et d’oublier le rythme « métro, boulot, dodo » de nos vies!

Here we go again! @loickmm #newroutes #360

Une publication partagée par Délire Escalade (@delireescalade) le

Grimper, c’est le « fun »

Outre les bénéfices sur la santé physique et mentale, faire de l’escalade est tout simplement trippant. Il est difficile de décrire ce que l’on ressent pendant la grimpe. C’est comme lorsqu'on était enfant et qu'on s’entêtait à grimper dans les arbres, au désespoir de nos parents. Le goût de l’aventure et le défi nous attirent vers le sommet. Cependant, l'escalade ne se résume pas à « atteindre des sommets ». La façon de s’y rendre est autant, voire encore plus, importante. Se déplacer à la verticale est un art qui nous permet de réapprendre à bouger et à nous situer dans l’espace. Certains vous diront même qu’ils ont l’impression de danser avec le mur et les prises! C’est pour cette raison qu’après une séance de grimpe, il nous arrive d’être envouté par une voie et de réfléchir à un meilleur moyen de réaliser certains passages dans le but de l’enchaîner au prochain essai!

Enfin, l’escalade est un sport tout simplement merveilleux, mais soyez avertis des risques de dépendance qui pourraient vous amener à imaginer des voies partout, même dans le mur de brique de votre voisin!

Cruxing

Une publication partagée par elly ✈️ (@ellylegare) le

 

 

L’escalade aux JO 2020 : Reportage à Radio-Canada

L'escalade fera son entrée aux Jeux Olympiques à Tokyo en 2020. Délire Escalade prépare les athlètes de demain dans les succursales de Beauport et de Ste-Foy. Quelques athlètes issus du programme compétitif de Délire Escalade ont su se distinguer au cours des dernières années dont David Trudeau, champion canadien 2016-2017. Voyez le reportage à Radio-Canada de Mariève Côté.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/805580/sports-olympiques-jeux-tokyo-2020-escalade

Crédit photo: Francis Fontaine Photography

Trois destinations de bloc idéales au printemps!

Par Efix Roy

L'hiver est long au Québec ! Chaque année c'est pareil, la neige arrive tôt et met en suspend nos projets d'escalade extérieure. Au début, ce n'est pas si mal. On se motive à s'entraîner plus fort au Délire en prévision de futures ascensions estivales, mais après un certain temps, si vous êtes comme moi, l'envie de toucher de la vraie roche s'installe tout doucement dans votre tête et l'obsession grandit. Pour la deuxième année consécutive, j'ai décidé de passer un peu de temps dans le Sud-Est des États-Unis en attendant le printemps.

Pour faire changement des destinations classiques d'escalade de bloc, comme Bishop, Hueco Tanks ou Red Rock Canyon, j'ai décidé d'explorer les champs de grès autour de la ville de Chattanooga au Tennessee. Il est possible de s'y rendre en voiture en 24 heures, ce qui simplifie les déplacements d'un site à l'autre et permet de transporter ses propres crash pads et son matériel de camping tout en évitant les frais exorbitants des compagnies aériennes. Il est aussi possible de louer des pads sur place, mais si votre voyage dure plus d'une semaine, il serait peut-être plus économique d'acheter usagé sur place et d'en faire don à la fin de votre séjour. Voici un petit résumé des trois endroits les plus populaires de la région : Horse Pens 40 en Alabama, Stone Fort (a. k. a. Little Rock City) au Tennessee et Rocktown en Géorgie.

 

Horse Pens 40

Situé à 1 h 30 de Chattanooga, dans la petite municipalité de Steele en Alabama, HP40 est un site riche en histoire. John Gill, le père du bouldering américain, y grimpait dans les années 60. Les blocs y sont nombreux et concentrés (environ 750 problèmes dispersés dans une zone qui peut être traversée en 10 minutes) et les slopers et rétablissements difficiles testent même les plus expérimentés des grimpeurs. Pour un petit 8 $ par jour, on peut grimper sur des prises très rondes, des problèmes de compression, des toits complètement horizontaux, de la dalle et un bon nombre de highballs. Bref, il y a de quoi satisfaire même les grimpeurs les plus exigeants ! Il est possible de camper sur place, à quelques secondes des blocs. La boutique du site offre nourriture, essentiels de voyage et matériel d'escalade. Il y a de l'eau potable, des douches chaudes et tout ce dont on peut avoir besoin. Les villages adjacents offrent des motels bon marché, une épicerie et des casse-croûtes typiquement southern.

 

Quelques classiques à ne pas manquer :

  • Merlin, V1 : Haut et précaire, avec de superbes mouvements.
  • Bumboy, V3 et Millipede, V5 : Testez vos mains sur ces problèmes ultimes de slopers.
  • Mortal Combat, V4 : Vous aimez les arêtes en highball ? Ce problème est pour vous !
  • Litz Pocket Problem, V7 : Des bidoigts suivis de grands mouvements dynamiques.
  • Skywalker, V8 : Un rocher bien spécial. Juste à le voir, on sait que c'est un classique !
  • Stingray, V9 : Un rétablissement à couper le souffle !
  • God Module, V11 : Un mouvement unique en V11 pour tester les meilleurs d'entre vous !

 


 

 

Stone Fort

Aussi appelé Little Rock City, on retrouve ce site en plein milieu d'un terrain de golf dans la ville de Soddy-Daisy, à 30 minutes à peine de Chattanooga. Stone Fort est souvent décrit comme « Horse Pens 40 avec des prises », et avec raison ! Ce magnifique site offre une forte concentration de blocs de très haute qualité dans tous les styles, de toutes les hauteurs et de toutes difficultés. On y trouve approximativement 750 problèmes. La marche d'approche est très courte et facile et la plupart des zones d'atterrissage sont plates et sécuritaires. Le seul côté négatif du site est dû au fait qu'il soit situé sur un terrain de golf ; par respect pour les joueurs, il nous est demandé de ne pas faire trop de bruit. Si vous êtes comme moi et que vous avez tendance à crier lorsque vous forcez un peu, il faudra apprendre à vous contrôler. L’accès nous est offert au coût de 10 $ par jour, ce qui est peu payé pour tout ce qu'il y a à grimper.

 

Parmi mes blocs préférés :

  • Incredarete, V1 : Une superbe arête avec des prises encore plus belles qu'en gym.
  • Storming the Castle, V1 : En voyant cette immense dalle, vous voudrez la grimper avec une corde !
  • The Pancake Mantle, V2 : Drôle de prise et belle leçon technique !
  • Ribcage, V3 : Un test de rétablissement.
  • Super Mario, V4 : Réglettes, slopers, dévers, traverse, kneebar, bidoigts. Ce problème a de tout !
  • Genghis Khan, V5 : Superbe problème aux mouvements variés.
  • The Wave, V6 : Il fait partie du top 100 des meilleurs blocs américains. Une forme unique !
  • Castaway, V7 : Dyno !
  • Deception, V7 : Un vrai casse-tête sur un des plus beaux blocs du site.
  • Grimace, V8 : Une échelle de slopers avec une fin qui demande du courage !


 

Rocktown

Sûrement le site le plus difficile d'accès, mais le plus intéressant des trois ! Pour y accéder, on doit conduire environ 45 minutes au sud de Chattanooga, vers la petite ville de Lafayette, et faire 15 minutes de route de terre sinueuse pour enfin arriver au sommet de la montagne. Une fois stationné, une marche facile de 10 minutes nous amène aux premiers blocs. Les rochers de Rocktown sont plus éparpillés et il faut parfois chercher un peu notre chemin, mais croyez-moi, ça en vaut le coup ! Ce site, gratuit et gardé à l'état presque sauvage, nous offre plus de 1000 problèmes de bloc de la plus haute qualité. Le guide nous présente les 500 meilleurs, mais parle d'un potentiel allant jusqu'à 2000 ascensions et variations. Les cartes expliquent bien comment trouver chaque secteur et chacun d'entre eux vaut le détour. La pierre est marbrée de veines de fer, ce qui donne une texture parfaite pour des crimps bien francs. Beaucoup de classiques sont en dévers ou même en toits, d'autres en dalles, et beaucoup en face avec de superbes mouvements qui demandent de la technique et de la réflexion. Certains secteurs ressemblent aux prises de Hueco Tanks (Hueco Simulator), d'autres au Gritstone d'Angleterre et le reste est un mélange des deux autres sites mentionnés plus haut. Il est possible de camper sur place, mais il n'y a pas d'eau, d'électricité ou de toilettes. Autrement, la ville de Lafayette a des motels économiques et quelques casse-croûtes et épiceries.

 

À voir lors de votre première visite :

  • El Classico, V0 : Le guide décrit cette grimpe comme une des meilleures V0 au monde !
  • Ripple, V2 : Une belle échelle de réglettes sur des veines de fer.
  • Super Mario, V3 et Luigi, V3 : Deux beaux problèmes sur un bloc en forme de champignon.
  • Golden Shower, V5 : Un superbe test de compression sur un rocher doré magnifique !
  • Crock Block, V5 : De beaux mouvements en puissance sur un highball déversant !
  • Helicopter, V6 : Un grand mouvement dynamique sur un petit crimp. L'extension en V8 est superbe aussi.
  • The Comet, V7 : Il faut savoir sauter haut !
  • The Orb, V8 : Un sloper classique.
  • Golden Harvest, V10 : Le guide lui donne 26 étoiles et demie (sur un maximum de 4).


Sachez qu'il existe des dizaines d'autres lieux d'escalade dans cette région et ils valent sûrement tous la peine d'être visités si vous avez assez de temps. En ce qui me concerne, après y avoir fait deux voyages, j’ai encore l’impression de n’avoir rien vu !

 

Bonne grimpe, et soyez prudent !

Efix Roy

hugarockqc@gmail.com

Ouvreurs recherchés

Délire Escalade est à la recherche d'ouvreurs pouvant s’impliquer activement dans la création et le développement de voies et de blocs adaptés à la clientèle du gym. Deviens partie intégrante de l'équipe et contribue à l'essor de l'escalade sportive.

Minimum requis

  • Être capable de grimper/forerunner 5.13/V8 et avoir un minimum de 3 ans d’expérience en escalade sportive.
  • Être créatif.
  • Avoir le goût d’offrir des parcours adaptés, riches et divertissants pour la clientèle
  • Doit pouvoir représenter activement Délire Escalade lors des événements et être en mesure de transmettre sa passion à la clientèle en tout temps
  • Doit avoir la passion du sport et désirer participer à la préparation des évènements compétitifs ou thématiques de Délire Escalade
  • Avoir une excellente condition physique et pouvoir travailler occasionnellement de longues heures.

Routesetting_2

Conditions d’emploi

  • Salaire : à discuter selon l'expérience, inclus l’abonnement multigym à Délire Escalade.
  • Horaire : variable, sur semaine de 7h à 14h. Temps partiel 20-25 heures.

Si vous êtes intéressés, envoyez une lettre de motivation accompagnée d'un CV à : Vincent Légaré, directeur général, vincentlegare@delirescalade.com

Routesetting_1

Voici ce que notre équipe dit de la job:

"Best job ever"

"Setté a augmenté mon niveau en escalade significativement"

Payé pour grimper? I'm down"

routesetter_seanmccoll_Fotor

L’ambassadeur David Bouffard

David est depuis cet été ambassadeur pour les Centres d’escalade Délire, en plus d’y être employé à temps-plein et grimpeur très très assidu. Il contribue entre autres à rendre votre expérience au Délire un peu plus magique en traçant de nouvelles voies et de nouveaux blocs toujours époustouflants.

David est, somme toute, un jeune grimpeur malgré le niveau qu’il a atteint. En effet, il vient tout juste de compléter sa troisième saison d'escalade extérieure et il a commencé cet automne sa troisième saison de compétition. Il a acquis très vite les connaissances et les compétences d’escalade sportive, d’escalade traditionnelle, de dry tooling, d’escalade de glace, de multi pitch, etc. On peut donc comprendre que c’est son extrême motivation et son désir d’apprendre qui l’a rendu aussi polyvalent et ce, aussi rapidement.

Bien qu’il lui soit difficile de mettre en mot sa passion pour l’escalade, il aime tout simplement les émotions que ce sport lui procure et il souhaite pouvoir grimper et être en mesure de savourer l'escalade dans toutes ses multiples facettes pour toujours.

Par ailleurs, il participera à la coupe du monde et aux championnats nord-américains d’escalade de glace en décembre à Durango au Colorado. Il tentera d’y faire sa place sur le podium. On lui souhaite bonne chance!

 

Pour l'Instagram de David, cliquez ici.

Pour suivre nos ambassadeurs, utilisez le hashtag #ambassadeurdelire.

 

Voici David dans Plaquée or M8+ et Le noir te va bien M3 à St-Alban.

_mg_5954

_mg_5934

Olivier Turgeon, papa motivé

Olivier, qui fait partie de l'aventure Délire depuis le tout début, est récemment devenu l'un de nos ambassadeurs. Il nous en fait découvrir un peu plus sur sa philosophie par rapport à l'escalade.

C’est en août 2006 qu’il commence à grimper, en même temps qu’il entreprend des études en enseignement collégial. Dix ans plus tard, il est prof de physique au cégep Limoilou et plus passionné que jamais par l’escalade! Avec ou sans sa petite famille, il profite de toutes les occasions pour taquiner le caillou!

Olivier adore la grimpe pour plusieurs raisons : pour les gens qu’il rencontre et les endroits qu’il découvre, pour tenter de dépasser ses propres limites, pour l'entraînement au gym, mais aussi pour le plaisir de jouer dehors. Tout particulièrement, Olivier aime l'aspect «mental» du sport. Selon lui, un projet à sa limite peut facilement devenir une bataille plus psychologique que physique. Chaque essai d'enchaînement lui apprend qu'il y a un équilibre à atteindre entre la volonté de réussir à tout prix et l’acceptation d'un possible échec. Pour Olivier, le plus difficile en escalade (mais aussi dans la vie) est de se convaincre que rien n’est trop difficile pour être essayé. C'est en essayant un V10 qu'on finit par réussir un V10! (évidemment, certaines conditions s'appliquent) ;)

Olivier espère dans les années futures de ne jamais perdre la motivation comme papa-grimpeur. Comme il le dit si bien, en escalade, la motivation a bien meilleur goût!

Vous pouvez le suivre dans ses nouveaux projets sur sa chaine youtube, sur son blogue et sur Instagram.

Antoine Bernatchez, traceur et ambassadeur

Notre ambassadeur Antoine Bernatchez est un athlète et grimpeur polyvalent et impliqué. Il s'est exilé à Toronto cet automne pour tracer à True North et explorer de nouveaux sites d'escalade sportive.

Antoine grimpe depuis maintenant 9 ans. Il a commencé dans une école secondaire, puis il a grimpé pas mal dehors avec son père. Dès que le centre d'escalade Délire a ouvert ses portes à Beauport en 2008, il s'est mis à le fréquenter régulièrement, pour finalement adhérer au Club compétitif d'escalade de Québec (CCEQ).

Antoine est maintenant coach d'escalade au sein du CCEQ, traceur au Délire, et pour l'instant étudiant à temps partiel ou, si vous préférez, étudiant en questionnement. Il a un DEC et il a fréquenté l'université, mais sans trop de succès. Ce qu’il sait c'est qu’il adore la réadaptation physique, mais en même temps la nature l’appelle à tût tête, le choix est donc déchirant. Pour Antoine, l’escalade représente à la fois son échappatoire, sa session de détente, son entraînement intensif, sa vie sociale et son mode de vie. Elle lui procure énormément de stabilité et lui permet de s’épanouir et de repousser ses limites. Les deux plus grands rêves d’Antoine sont de découvrir un nouveau secteur de bloc et de développer un topo du secteur et de repartir en voyage. Un an serait vraiment génial pour lui, il en profiterait pour retourner dans les pays Scandinave, faire une escapade en Afrique ou une virée en Océanie... Il nous le dirait, si seulement il était décidé. Pour conclure, une chose que l’escalade et la vie ont enseignée à Antoine est de ne jamais laisser l'expérience influencer son potentiel. Go for it!

Suivez ses aventures sur Instagram:

V8-V9? Anyway! Nice one! #onabandonnelegym#boulderingday #grossemusique #trysomethingnew

A photo posted by Antoine Bernatchez (@antoine.bern) on

Nice day on the rock! #boulderingday #mablondesansbotte #piedsmouillés #onabandonnelegym

A photo posted by Antoine Bernatchez (@antoine.bern) on

Gorgeous #garibaldi #fridayhiking #notarestday

A photo posted by Antoine Bernatchez (@antoine.bern) on

#delireescalade #ambassadeurdelire

Coach David Sauvé

David est coach du volet Élite du Club compétitif d'escalade de Québec depuis un an et est nouvellement ambassadeur Délire. En voici un peu plus sur lui:

David grimpe depuis 2005. Il travaille maintenant en informatique, après avoir fait en France un baccalauréat scientifique puis, au Québec, un baccalauréat en informatique. Ce que David aime particulièrement en escalade, c’est la diversité. En effet, chaque bloc, chaque voie est unique ; à l’image d’un livre, les voies et les blocs ont chacun une histoire différente à raconter. En 2015, David a vécu une aventure qu’il n’est pas près d’oublier. Il est allé grimper une voie en escalade traditionnelle aux Gunks, une expérience magnifique qui se fait habituellement en deux longueurs. Il a par contre réussi à la faire en une seule longueur et avec un matériel limité. Il n’a alors pas eu le choix de finir la voie en protégeant à tous les 5 mètres seulement. La voie en soi n’était pas dure ; c’est plutôt l’engagement mental qui l’était ! David voudrait plus que tout réussir à enchaîner une 5.14, peut-être y arrivera-t-il avant la fin de la saison estivale, mais pour cela, « You have to Believe ! ».

Allez le suivre sur Instagram pour voir d'autres belles photos comme celle-ci:

A photo posted by David (@david_sauv) on

#delireescalade #ambassadeurdélire