fbpx

Élly Légaré

 

Âge : 22 ans

Occupation : Étudiante en politique internationale

Les débuts en escalade

Comment t’as commencé l’escalade? J’ai commencé quand j’avais 12 ans. J’étais venue au Délire parce que j’avais gagné un essai gratuit. Ensuite, avec ma famille, on venait une fois par semaine, des fois deux, et j’ai commencé à amener des amis. J’aimais vraiment ça, ça m’a accrochée tout de suite. Vincent (directeur des opérations et cousin d’Élly) m’a demandé si j’étais intéressée à m’inscrire dans le club d’escalade et j’ai accepté. Je me suis entrainée plusieurs fois par semaine pendant quelques années, j’ai fait plusieurs compétitions et championnats nationaux. Après quelques années, 6-7 ans peut-être, je suis partie en voyage en Europe 4 mois et c’est là que j’ai appris à grimper dehors. J’ai appris le lead, dehors, en France. J’ai trouvé ça dur, mais formateur. Quand je suis revenue de mon voyage, j’ai laissé tomber la compétition, parce qu’à force de toujours t’entrainer pour la compétition, tu ne grimpes plus pour le plaisir. À partir de ce moment, j’ai juste grimpé beaucoup, dehors.

As-tu des mentors? Vincent! Haha! Non, pour vrai, je pense que mes mentors, ce sont toutes les personnes avec qui je grimpe en général. Que ce soit les gens qui ont commencé en même temps que moi ou les gens qui ont plus d’expérience que moi. Je trouve que la communauté est tellement belle, ce sont des gens passionnés et respectueux de la nature et de l’environnement. N’importe quelle personne qui a une passion est inspirante selon moi et autour de moi en ce moment, tous les gens m’inspirent.

Quelles sont tes motivations, qu’est-ce qui te pousse à continuer à grimper? C’est juste naturel. Je n’ai pas de motivation particulière, pas de projet, c’est seulement tellement ancré dans ma vie. C’est en fonction de ça que je fais mes choix d’horaire, de travail, de tout. Donc, je continue et je n’ai pas l’impression que ça va arrêter.

Quelles sont tes aspirations et tes buts? J’aimerais grimper fort, mais je ne me mets pas de pression. Mon but est surtout d’être plus assidue dans l’entrainement des doigts.

Quelle est ta plus grande faiblesse? Je pense que c’est le mental, le psychologique. Quand j’arrive pour sender un projet que j’ai vraiment envie de réussir, j’arrive au dernier move et je me dis : « my god, je le fais, je le fais! » et là j’explose de stress et je tombe. C’est un peu pour cette raison d’ailleurs que j’ai arrêté les compétitions, je faisais des contre-performances tout le temps. On dirait que le stress arrive à des moments aléatoires, et il est fort. Je suis zen dans des contextes zen, mais quand j’ai des envies de performance, ça tombe.

As-tu une routine quand tu vas grimper? Oui. Je mets mes écouteurs, j’écoute ma musique. Je suis une personne sociable, mais quand je m’entraine, je dois me mettre dans ma bulle. Je fais du yoga, des tractions, de la corde à sauter… un échauffement normal, mais j’aime être dans ma bulle. Après, dès que je suis échauffée, j’enlève mes écouteurs et je vais parler aux autres et je vais grimper.

As-tu d’autres passions en dehors de l’escalade? Tout ce qui englobe le plein air en général : je fais du surf, j’aime faire de la course. En ce moment, j’essaie de combiner escalade et natation parce que je trouve que ce sont deux sports complémentaires. Tout ce qui est sportif et m’emmène dehors vient me chercher.

Parle-moi de ton travail/études. J’étudie en politique internationale. En fait, c’est droit, économie et politique combinés. C’est vraiment intéressant et j’aime vraiment ça. Je veux axer sur l’aspect international pour que mon travail me fasse voyager un peu partout.

La communauté Délire

Quelle est ta définition de la communauté Délire? C’est toujours le même mot qui me revient : la passion. Tous les grimpeurs de la communauté sont motivés par ça. C’est ça qui fait qu’on peut transmettre la passion aux autres aussi et qui aide au développement de la communauté. Quand on est au gym, on a le goût de connaitre tout le monde et de leur parler. On a envie de s’entraider, de se donner des trucs, de grimper ensemble. C’est vraiment une communauté unie et passionnée.

Qu’est-ce que tu préfères chez Délire? C’est l’ensemble de la chose en fait. Quand j’arrive au Délire, je ne suis jamais seule, il y a toujours une dizaine de personnes au moins que je connais, avec qui je vais parler et grimper. Je me sens chez moi, vraiment.

Est-ce qu’il y a un employé/personne qui a marqué ta vie au gym? Vincent! Haha. Non, sans blague, c’est Vincent qui m’a initiée, qui m’a « pitchée » dans l’engrenage, qui m’a entrainée les premières années. Il m’a appris à grimper. L’escalade, c’est plus que de réussir la cote peu importe. L’escalade, c’est savoir bien grimper, bien te placer, économiser ton énergie et ta force. Et c’est Vincent qui m’a appris tout ça, comment mettre ma pointe de pied sur une prise, etc.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

chilling on a mountain ⛰ #sri Can’t stop throwbacking bc of the freaking unstoppable snow here … ❄️

Une publication partagée par ELLY ✈️ (@ellylegare) le

Questions en rafale

Ton plus gros vice ? Manger de la poutine.

Qu’est-ce que tu manges le matin ? Un baguel avec fromage à la crème.

Ton film préféré ? Raiponce, de Disney! Haha.

Qu’est-ce que tu écoutes dans ton char ces temps-ci ? J’ai pas de char. Hahaha. Pour m’entrainer, j’écoute souvent Odesza. Dans la vie de tous les jours, dans le bus par exemple, j’écoute plutôt de l’alternatif.

Quelle est la dernière photo que tu as prise avec ton cell ? Une photo du gym ici (Beauport) hier soir.

Si ta vie était un film, quel serait le titre? « Bonne chance! ». J’ai eu plusieurs péripéties, alors ça collerait bien.

Ta prochaine destination voyage? Cuba! J’ai acheté mon billet cette semaine.

Ton repas préféré? Des rouleaux de printemps.

Est-ce que tu collectionnes un objet? Des photos, je dirais.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

last day surfing 🏄🏻‍♀️ 😢 #makethemostofit

Une publication partagée par ELLY ✈️ (@ellylegare) le

@ellylegare   #ambassadeurdelire

Vous avez aimez l’article? Partagez-le!

Facebook
Facebook
YouTube
Instagram

Les articles d’Élly Légaré: