Lisa Lajoie

Portraits

Partager Facebook

8h30, lundi matin. Lisa plonge dans les papiers qui s’accumulent sur son bureau. “Bon matin! Passé un beau week-end?” Son regard sérieux fait place à un sourire chaleureux chaque fois que quelqu’un entre dans le bureau. Factures, états de compte, suivis. Elle a trois gyms d’escalade et une usine à comptabiliser dans le moindre détail. Trois gyms, une usine et une armée d’humains unis par leur passion de l’escalade. La Lisa de 20 ans regarde la Lisa de 40 ans en se demandant comment elle en est arrivée là.

Une histoire aussi inspirante d’improbable. C’est ce qui vient en tête quand Lisa nous raconte son parcours. Son parcours d’adolescente qui a grandi en région, celui de femme entrepreneure, d’athlète, de mère, d’amoureuse. L’humain normal prendrait un seul de ces profils et s’en contenterait probablement. Pas Lisa. Les passions se bousculent en elle, au même rythme que ses émotions. 

“J’allais à l’école pour faire plaisir à mes parents. Je n’étais pas du tout allumée par ce que j’étudiais. Je réussissais, j’avais un potentiel, mais ça s’arrêtait là.”

C’est une Lisa peu convaincue qui s’installe à Québec à l’aube de ses 20 ans. Elle avance comme elle peut, mais elle ne sait pas trop vers où, vers quoi. Elle se laisse enivrer par la ville, dans ce qu’elle a de beau et de moins beau. Elle suit cette vague qui la pousse parfois vers le haut, parfois vers le bas.

Et puis elle dit oui à une proposition, toute petite, toute anodine. “Mon copain de l’époque m’a amené essayer l’escalade.” Une décision qui changera complètement sa vie. Elle tombe rapidement sous le charme de ce nouvel univers, de ce sport qui fait appelle à tous nos sens, à toute notre conscience. Dans sa chute vertigineuse, elle tombe sur quelqu’un de bien spécial qui assurera des centaines de chutes à venir: Jeff.

Ils deviennent rapidement Jeff et Lisa. Les amoureux ne savent pas encore ce qui les attend, personne ne l’aurait deviné. Mais ils savent qu’ils seront ensemble pour le faire. “Quand j’ai rencontré Jeff, c’est comme si tout un monde s’ouvrait à moi. Je n’avais jamais voyagé, je n’y avias même pas pensé.” 

Dans leur appartement de Québec, ils rêvent alors aux prochains voyages d’escalade, aux prochains projets sur lesquels ils poseront leurs mains. Jamais bien loin, on retrouve Vincent, leur ami fidèle avec qui ils partagent leurs rêves. Pendant que Jeff ressemelle des dizaines de vieux chaussons, Lisa a le cerveau en ébullition. Elle compte, elle planifie, elle se creuse la tête pour que leurs rêves deviennent réalité. Elle veut grimper, mais elle veut aussi inspirer les autres à grimper, à se dépasser, à trouver leur passion. Un pas à la fois, Lisa veut vivre de cette passion.

Leur esprit d’ingénieurs les pousse d’abord à fabriquer des prises d’escalade. Petit à petit, les commandes s’accumulent. Un appartement qui fait aussi office d’usine, ça ne peut pas durer. Nouveaux locaux, nouveaux projets. Les prises se transforment en volumes…puis en murs d’escalade. “On ne trouvait pas vraiment ce qui nous convenait pour grimper à Québec à l’intérieur alors on a décidé de créer nous-mêmes un espace.” Au début, ce n’est qu’un petit espace de bloc qu’ils construisent pour en profiter avec des amis grimpeurs. Ils font de premiers tests qui s’avèrent plutôt satisfaisants. Ils peuvent grimper à l’année, dans leur propre petit repère. Ils sont alors bien loin de se douter que DÉLIRE Climbing Walls deviendrait l’un des plus grands fabricants de mur d’escalade au Canada. 

De fil en aiguille, la petite cave s’est transformée en rêve de gym de voie. Plein de motivation et surtout encore bien peu en moyens, ils décident de construire le gym eux-mêmes. Lisa et Jeff accueillent Vincent pour compléter leur trio entrepreneurial. C’est comme ça que DÉLIRE Beauport a vu le jour, dans l’ancien cinéma des Galeries de la Canardière. Grâce à une poignée de personnes qui croyaient au projet, le rendez-vous des grimpeurs de voie de Québec pouvait devenir réalité. Le fameux mur bleu y trône toujours. Inspiré des grandes voies déversantes des États-Unis, il impressionne immanquablement le néophyte lors de ses premières visites. Le reste, c’est de l’histoire, comme on dit. 

Sans même s’en rendre compte, Lisa cumule ainsi les projets d’envergure et se démarque en tant que femme entrepreneure, mais aussi comme figure de l’escalade au Québec. Dès ses débuts, elle performe dans ce sport pour lequel elle semble avoir un talent naturel. Elle obtient même un titre de championne en Coupe Québec en 2015.  “Il n’y avait pas la compétition qu’il y a aujourd’hui…” aime-t-elle dire chaque fois qu’elle parle de cet accomplissement. À l’aube de la quarantaine, elle a encore de costaux projets d’escalade. La bien connue Peste blanche lui fait toujours de l’œil du côté de Portneuf. “C’est un de mes endroits préférés. Avant je voulais tout le temps faire des voyages ailleurs dans le monde, mais aujourd’hui j’apprécie énormément les sites qu’on a ici au Québec.”

Elle l’incarne si bien ce Québec. Avec sa fougue, son humanité, sa fierté d’être francophone dans un monde sportif où l’anglais domine. Lisa n’a aucune envie de le quitter. C’est ici que ses enfants grandissent, c’est ici qu’elle continue de faire grandir la communauté d’escalade à sa manière. En ouvrant des gyms bien entendu, mais surtout en continuant d’inspirer une génération de femmes à repousser leurs limites, tant dans les affaires que dans le sport. En continuant de croire en celles et ceux qui croisent son chemin. Parce que tout au long de son trajet à elle, il aura fallu des gens qui lui donnent la petite poussée nécessaire. Lisa aime rappeler à quel point les rencontres sont ce qu’il y a de plus importants, peu importe le chemin qu’on décide de prendre. Parce qu’elle croit fondamentalement en l’humain, en ses possibilités. Lisa voit le potentiel chez ceux qui ne s’en trouvent aucun.

Vingt ans ont passé depuis la première fois où Lisa a découvert cette sensation toute particulière de ne faire qu’un avec un gros cailloux. Même si la passion a changé, elle est maintenant intrinsèque à qui elle est. C’est comme un vieil ami, elle ne pourra jamais s’en départir. Même si elle s’en éloigne parfois un peu, on revient toujours vers lui. Même si on est parfois fatigué de l’avoir autour, il fait partie de notre histoire. “L’escalade, ça m’a sauvée.” Sauvée de ces démons qui se cachent en elle, des démons de tristesse, de destruction. L’escalade l’aide à rester loin de ces retranchements qu’elle tente d’éviter.

“Je pense que c’est important de trouver ce qui nous garde en vie, ce qui nous passionne. On peut faire les choses très bien, mais sans la passion, ce n’est jamais pareil.”

Aujourd’hui, l’époque des prises fabriquées à même le salon de l’appartement semble bien loin. Vraiment? Lisa garde pourtant toute l’humilité de ses débuts. On peut même se demander si elle est consciente de ce qu’elle représente pour ceux qui croisent son chemin. Quand vous la verrez au gym, regardez derrière ses lunettes de gestionnaire, vous trouverez le regard bienveillant de cette femme au coeur un peu trop grand.

 

DÉLIRE escalade est un regroupement de trois centres d’escalade et une manufacture spécialisée dans la production de murs d’escalade.

Inscris-toi à l’infolettre DÉLIRE Escalade

Nos succursales

Notre manufacture